Cinq mois après, bilan des mesures d’urgence économique et sociale votées fin 2018

Le Premier ministre a délocalisé son cabinet en Charente au début du mois de mai 2019 pour la quatrième fois, et a dressé un bilan des mesures d’urgence économique et sociale annoncées par le Président de la République en décembre 2018 et votées par le Parlement à la fin de l’année.

Le pouvoir d’achat moyen par habitant va progresser de plus de 2% en 2019. Plus forte augmentation depuis 12 ans, cela devrait représenter un gain moyen de 850 euros par an et par ménage, selon l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques. Sur ces 850 euros, 390 découlent des mesures annoncées par le président de la République.

C’est un véritable effort de redistribution vers les Français.

Mesure : extension de la prime d’activité et augmentation de son montant jusqu’à 100 euros depuis le 1er janvier 2019

IMG_6358

Grâce à la très forte mobilisation des personnels des CAF, cette mesure s’est traduite par des résultats concrets pour les Français puisque la prime d’activité a bénéficié à 1,3 millions de foyers supplémentaires sur le seul premier trimestre 2019.

Plus de 10 millions de simulations ont été réalisées sur le site de la CAF.fr , ce qui est une excellente nouvelle et montre que la réponse apportée en matière de pouvoir d’achat a été comprise.

90% des foyers qui bénéficiaient déjà de la prime d’activité soit 2,4 millions de foyers ont vu celle-ci revalorisée le 5 février 2019. En effet, pour les personnes au SMIC et touchant jusqu’à 1565 euros de revenus, la revalorisation a atteint 100 euros (personne seule, sans autres sources de revenus). Un couple au SMIC a bénéficié d’une augmentation de 200 euros par mois. Une personne seule avec un enfant a bénéficié d’une augmentation de 100 euros jusqu’à un salaire mensuel de 2050 euros par mois.

Aujourd’hui, plus de 4 millions de foyers reçoivent désormais la prime d’activité, soit 50% de plus qu’en décembre 2018. Ce sont 3 milliards d’euros de pouvoir d’achat redonnés aux actifs modestes en 2019. Le taux de recours excède désormais 80%.

Mesure : prime exonérée de charges et d’impôts jusqu’à 1000 euros par salariés, pour les salaires inférieurs à 3 fois le SMIC (versée entre le 10 décembre et le 31 mars)

IMG_6361

Plus de 2,2 milliards d’euros de primes ont été versés à 5,5 millions de salariés pour un montant moyen de 400 euros. 30% des primes se sont élevées au montant maximal de 1000 euros.

Ce sont 408 000 établissements qui ont versé une prime à leurs salariés, soit 20% des établissements du secteur privé.40% du montant total versé, l’a été dans des entreprises de moins de 50 salariés.

Compte tenu du succès de cette prime, le Président de la République a annoncé que cette prime exceptionnelle sera renouvelée en 2020 avec lien avec l’existence de dispositifs d’intéressement.

Mesure : toutes les heures supplémentaires sont défiscalisées et exonérées de cotisations sociales depuis le 1er janvier 2019

IMG_6359

6,8 millions de salariés du privé (soit 30% des salariés du privé) ont effectué en moyenne 11

heures supplémentaires par mois au premier trimestre 2019. Cela représente d’ores et déjà un gain de pouvoir d’achat de 670 millions d’euros pour ces salariés (400 millions d’euros de cotisations sociales + 270 millions d’euros d’impôt sur le revenu).

En 2019, la défiscalisation et l’exonération des heures supplémentaires représentent 3 milliards d’euros de pouvoir d’achat redonnés aux salariés et aux fonctionnaires qui feront des heures supplémentaires.

Un salarié rémunéré 1500 euros nets par mois, et réalisant le nombre moyen d’heures supplémentaires (11h par mois), bénéficiera d’un gain de pouvoir d’achat annuel d’environ 600 euros (287 euros de cotisations sociales et 323 euros d’impôt sur le revenu).

Mesure : annulation de la hausse de CSG pour les retraités dont le RFR (pour une personne seule) est compris entre 14 548 € et 22 580 €. Leur CSG, montée à 8,3%, repassera à 6,6%

IMG_6360

C’est à partir des pensions versées ce mois-ci, en mai 2019,que le taux de CSG a été corrigé. Cela signifie que les retraités concernés ont vu leur pension revue à la hausse. Les pensions ont été versées comme d’habitude : en début de mois pour les salariés, les indépendants et les agriculteurs ; en fin de mois pour les fonctionnaires.

Les 3,7 millions de retraités concernés recevront quelques jours après le versement de leur pension un remboursement du trop-payé de CSG au titre des premiers mois de l’année 2019. Au total, ce sont 194,7 millions d’euros qui seront remboursés.Le remboursement rétroactif s’établira en moyenne à 150 euros mais dépendra du niveau de pension de chacun.

Les agriculteurs aussi bénéficieront d’une « régularisation » : près de 900.000 anciens salariés et chefs d’exploitation bénéficieront de la baisse de CSG et seront en même temps remboursés de 19,5 millions d’euros prélevés depuis janvier.

Pour les ex-salariés du privé, l’Agirc-Arrco a déjà effectué les démarches en deux temps : 4,2 millions de personnes été remboursées mi-avril, pour un total de 132 millions d’euros, puis ont touché leurs pensions avec le nouveau taux de CSG le 2 mai.

L’annulation de la hausse de CSG se traduit par un gain annuel moyen de près de 450 euros par foyer. 50% des retraités qui avaient été concernés par la hausse de CSG en janvier 2018 voient celle-ci annulée depuis le 1er janvier 2019.

Seuls 30 % des retraités se voient désormais appliquer le taux plein de CSG de 8,3%.

 

 

2019-05-12T17:22:30+00:0012 mai 2019|Fiscalité, Pouvoir d'achat|

Rubriques

Abonnement à ma newsletter mensuelle

Pour me contacter

16A rue de Jouanet- 35700 Rennes- Tél: 0687054436 - Email: laurence.maillart-mehaignerie@assemblee-nationale.fr - Site web: www.lmaillartmehaignerie.fr
126 rue de l’Université - 75355 Paris 07 SP